Rechercher
  • Romain Guilhoto

Entretien avec Boris Danojlic, ancien élève du master


Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour je suis Boris Danojlic, senior manager du pôle global sport marketing football player au sein d’Adidas. Je suis un fan de football et c’est pourquoi je suis très heureux d’occuper le poste qui est le mien.



Pouvez-vous présentez votre parcours scolaire et professionnel ?


J’ai décidé de rejoindre le master marketing du sport pour pouvoir découvrir et rejoindre l’univers des équipementiers sportifs. Priorisant l’international, j’ai fait mon premier stage au sein de l’Impact Montréal, club de football professionnel au Canada où j’ai pu intégrer l’école de Soccer comme ils appellent ça là bas. J’avais de nombreuses missions qui relevaient de différents domaines et qui m’ont permis de découvrir l’univers club et de toucher un peu à tout.


Lors de ma deuxième année de master, j’ai pu rejoindre Puma et son siège international en Allemagne à l’occasion d’un stage au sein de l’équipe sponsoring des joueurs de football internationaux. J’ai adoré et j’ai compris que c’était dans ce domaine que je voulais évoluer. J’ai donc eu la chance de signer un contrat avec Puma dans cette même équipe. J’ai ensuite eu l’opportunité de devenir manager de ce même département en rejoignant Adidas où je m’occupais cette fois-ci du territoire français.



Où travaillez-vous actuellement et quelles sont vos missions ?


J’évolue toujours à ce poste en tant que senior manager du pôle global sport marketing football player d’Adidas. Mes missions tournent autour de quatre axes principaux : la gestion des partenaires (être proche des joueurs et être sûr qu’ils aient accès à tout ce dont ils ont besoin), gérer les activations joueurs et faire le lien entre ces derniers et le département marketing, manager mon équipe et enfin gérer les déplacements pour rencontrer des joueurs ou des agents de joueurs.



Quels sont vos objectifs/buts professionnels ?


Je ne me ferme pas forcément de portes, j’ai la chance de faire un métier qui me passionne et qui me plait donc je ne prévois pas de changer de poste prochainement. De plus, j’ai la chance d’avoir gravi pas mal d’échelons à un jeune âge donc je pense qu’il ne faut pas être trop gourmand.



Quel regard portez-vous aujourd’hui sur le Master Marketing du Sport ? Avec du recul, que vous a apporté cette formation et les personnes que vous y avez rencontré ?


J’ai beaucoup aimé le master, j’ai trouvé qu’il était de qualité et que les directeurs de formation avaient tout compris. Je pense notamment à Lilian Pichot et à Gary Tribou qui pensaient qu’il était important d’inclure de la professionnalisation dans le master. Les nombreuses interventions des intervenants extérieurs sont pour moi bien plus utiles que de simples cours théoriques.



Avez-vous un conseil à donner aux étudiants qui aimeraient à l’avenir exercer votre métier ?


Si je devais donner un conseil, je dirais qu’il est important de pouvoir parler et comprendre plusieurs langues, ça ouvre énormément de portes et ça permet de se détacher assez largement de la concurrence.



À titre d’exemple, combien parlez-vous de langues ?


Je parle 6 langues : le français, l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le serbe et je prends actuellement des cours d’italien.



Merci à Boris Danojlic d’avoir accepté de répondre à nos questions et de participer à cet échange.